Bienvenue, Invité
Se connecter
Pas encore inscrit ?


Le twirling vu par trois personnes

 



Interviews réalisé par Anaïs (François Leboucher), LN (Claudette Pilon) et Amandine (Elisa) le 05/12/10

 

    Nous avons posé trois questions à trois personnes différentes pour vous présenter le twirling bâton sous trois angles différents (ca fait beaucoup de trois ca ! ;) ). Les personnes interviewées sont François Leboucher, champion de France 2009, Claudette Pilon, présidente de la Ligue Pays de la Loire, et Elisa, une petite du club de Neuvillalais.

Présentation des interviewés

photos-shot.com

François Leboucher (F. L.) a été sacré champion de France en 2009. Il nous présentera le twirling d'un point de vue athlète de haut niveau. Vous pouvez visualiser son solo en finale du championnat de France 2009 sur Youtube.

 

 

Claudette Pilon (P. L.) est l'actuelle présidente de la Ligue des Pays de la Loire. Elle nous présentera le twirling d'un point de vue moins "athlétique" mais pas moins inintéressant.

 

 

photos-shot.com
(Modifiée par Amandine)

Elisa (E. R.) est une petite de 10 ans du club de Neuvillalais. Cette petite a un point de vue plus amusant du twirling.

 

Pour toi qu’est ce que le twirling ?

F. L. : Le Twirling Bâton est un sport à part entière alliant gymnastique, technique corporelle, acquis du bâton. A ces fondamentaux, j'ajouterai aussi le théâtre, l'expression et le spectacle.
Les athlètes complets sont des twirlers réussissant à combiner tout ceci pour faire de leur prestation un réel spectacle.

Autre mesure, le twirling permet d'acquérir une plus grande résistance au stress, une rigueur et une détermination. Pour se présenter devant un public, des juges, l'athlète doit se battre, voire même combattre son anxiété. Cette résistance le construit progressivement. Ainsi, à chaque compétition, il devient de plus en plus fort mentalement. D'ailleurs, c'est souvent le critère psychologique qui est un déterminant majeur de réussite.
Un athlète plus fort techniquement peut perdre face à un concurrent bien plus fort mentalement. Ce dernier donnera une confiance plus certaine. Son attitude apparaîtra plus professionnelle.

Le Twirling, sport de compétition, est aussi un très bon moyen pour les athlètes de se construire une satisfaction personnelle. Il présente son travail effectué durant des heures devant un public.

 

C.P. : Le twirling est un sport artistique très complet dans la réalisation car il associe le maniement de bâton qui en est la base, la musique, la danse, la gymnastique et l’expression scénique.
Il est nécessaire d’avoir de la dextérité et la maîtrise de son corps.
Ayant commencé en 1973 avec le mouvement majorette j’ai suivi l’évolution de ce sport avec intérêt. Le passage de majorette à twirling ouvrait une voie sportive qui me convenait et dans laquelle je me suis engagée avec passion et je suis encore là !!!

 

E. R. : Pour moi le Twirling Bâton est un sport qui peut faire partie de l’athlétisme mais également d'autres sports. En plus, sa fait travailler tous les muscles.

 

Qu’est ce qui te plaît dans le Twirling Bâton?

F. L. : Ce qui me plaît dans le Twirling est bel et bien la tournure actuelle que prend ce sport. Avant sport de compétition, il devient progressivement un sport de spectacle.
Actuellement, en France, comme au Japon, la différence entre deux athlètes se fait suivant le degré de spectacle procuré.
La technique ne suffit plus. Désormais, il faut impressionner. Faire lever le public.
C'est d'ailleurs ce qui constitue la plus grande réussite pour un athlète. La reconnaissance du public est importante pour un athlète.
La reconnaissance que j'ai pu ressentir lors de mes prestations sur le Roi Lion ont été un de mes plus grands points forts durant toute l'année.
Aujourd'hui, la compétition me plait, mais ne me suffit plus. Avoir de belles notes, c'est cool. Mais, faire un public heureux, c'est mieux !

 

C.P. : Je vois ce sport en tant que dirigeante. Je n’ai jamais pratiqué le twirling et pourtant je l’aime. L’ambiance d’un club , d’une vie associative, les championnats, d’être une pierre de l’édifice ayant évolué avec la construction de la Fédération Française de Twirling Bâton, de pouvoir transmettre ma passion aux clubs aux dirigeants et aux athlètes, d’être un peu trop « Mère Poule »pour certain et « Pas Facile » pour d’autres.
37 ans de twirling !!Il faut aussi être un peu fou !

 

E. R. : Ce qui me plait, c'est les lancés de bâtons et de pouvoir faire différentes choses en dessous. J'aime aussi le coté gracieux du sport.

 

Quel est ton but, rêve, objectif dans le twirling ?

F. L. : J'ai atteint mon but tout au long de mes années de pratique. J'ai pu évoluer dans différents clubs de la région où j'ai pu découvrir le travail en équipe et en duo.
J'ai commencé sous les précieux conseils d'Angélique Lambert, qui m'a formé dans le club de Conlie. Cet entraîneur m'a donné toutes les clefs pour réussir en me conférant son attention et son expérience.
Le club de Changé m'a ensuite ouvert ses portes, dans lequel mon évolution s'est opérée durant deux ans.
Ensuite, le club de St Sébastien-sur-Loire m'a permis d'être un élément d'équipe, qui se sont hissées dans le top national mais aussi d'être un élément duo.
Pour finir, j'ai fait un tour aux racines en me licenciant à Conlie. Ces dernières années, j'ai évolué en solo, équipe et duo. J'ai notamment fait un duo avec Aurélie Beauger, avec qui le rêve était commun.

Aujourd'hui, mon rêve est de voir le Twirling continuer dans la dimension spectacle.
C'est le spectacle qui fera par la suite la compétition entre tous ces athlètes/personnages.

 

C.P. : Mon but : avoir une ligue qui fonctionne, qui aille de l’avant et pouvoir passer la main à une équipe prête et motivée. De nos jours le bénévolat n’est pas facile et il faut assumer avec plaisir sinon ce n’est pas la peine de s’engager .Il y a les déceptions mais on ne garde que les bons souvenirs.

Mon rêve : Que le twirling soit plus reconnu par les médias, nous ne pourrons pas être un sport de masse car le twirling est un sport artistique et complexe par son contenu même s'il est reconnu par le ministère et par le monde sportif populaire. Nous nous dirigeons vers le loisir ce qui est bien mais attention le championnat demande beaucoup d’efforts !!!

Mon objectif : Avec les instances fédérales le Twirling deviendra discipline OLYMPIQUE ! J’y crois !!

 

E. R. : C’est de m’amusé et surtout de faire tout ce que je peux... Pour réussir.

 

 

 


Nous contacter